ESBA Angers Événementiel Le Chabada s’invite au musée des beaux-arts

Le Chabada s’invite au musée des beaux-arts

« Le Chabada s’invite au Musée des Beaux-Arts » avec Boogers Ghetto Blaster Party + Tonus + Le Hum + The Forsaken Shadow + “Clips d’ici” 2016
+ Films étudiants + L’Arsenic Fanfare + DJ Aire
Mardi 22 mars de 20h à minuit

Fort du succès de la première édition, Le Chabada s’invite à nouveau au musée des Beaux-Arts aux côtés de l’Université d’Angers et au coeur de son Festival de la Création Universitaire qui aura lieu du 16 au 24 mars 2016, pour la quatrième année consécutive. Avec la présence complice de l’École supérieure des beaux-arts TALM-Angers et de Premiers Plans, cette carte blanche aura lieu mardi 22 mars 2016 de 20 h à minuit. Avec le même esprit tonique que l’an passé, cette soirée promet de séduire plus d’un étudiant, loin à la ronde. Au programme, l’énergie créatrice de la musique, avec la diffusion d’expressions aux répertoires variés (têtes d’affiches, artistes confirmés et émergents), la projection de vidéos, enfin un lot d’animations portées par les médiateurs culturels du Musée. La programmation fourmillera ainsi de pistes originales et de chemins de traverse invitant le public à porter un autre regard sur les collections du musée et à s’approprier les œuvres lors de déambulations très rythmées. Dynamique et percutante, nul doute, la soirée est très attendue !

Explorer de nouveaux territoires, à la croisée des arts

Parmi les temps forts de ce rendez-vous nocturne, le Ghetto-Blaster sera mis à l’honneur. Cet objet mythique, symbole de la culture hip-hop des années 80, sera au centre du nouveau live de Boogers qui essaimera un Rock Pop bien trempé. Un show à lui tout seul ce garçon !
On changera d’intensité musicale dans la salle dédiée à la peinture du XVIIIe siècle. Bruyamment repéré au sein de TALM-Angers, Le Hum dévoilera un nouveau volet de ses expériences sonores post-expérimentales, puissantes, lourdement rythmées et addictives.
La soirée battra aussi son plein dans la galerie d’actualité : elle nous promet une immersion totale dans le son de l’Amérique avec The Forsaken Shadow et son country blues digne des classiques de Johnny Cash et Willie Nelson. Un canevas acoustique intemporel qui prolonge l’héritage des très Grands.

Autre événement marquant, la présence d’Antonin aka Tonus, exfiltré des Pony Pony Run Run. Il dévoilera son nouveau projet perso, toujours pop, bien frais, et en français. Ce live s’annonce renversant ! La fanfare de l’Université, nouvellement baptisée l’Arsenic Fanfare, s’en donnera aussi à coeur joie avec une mosaïque éclectique faite de reprises de chansons américaines et françaises, dont le mythique « Ain’t no sunshine » (Bill Withers), le déluré et envoûtant « Rehab » (Amy Winehouse) en passant par le poème intimiste « Les Passantes » mis en musique par Georges Brassens.
C’est dans la cour du logis Barrault que le jeune Dj Aire, repéré lors d’un tremplin, exercera ses talents. En mode Chill out il connectera les étudiants les uns aux autres. Conjugaison des forces, union des esprits…, la cour se transformera en boîte à rythmes soft et conjuguera esprit de détente et de convivialité.

Cette soirée sera également l’occasion de (re)découvrir la première sélection Premiers Plans des meilleurs « Clips d’ici » (Pays de la Loire) où Thylacine est sorti double gagnant (Prix du Public et Prix du Jury). En complément, un film d’animation réalisé par des étudiants dans le cadre de la Carte culture Université d’Angers sera diffusé.

Les activités de médiation qui font l’une des signatures incontournables des musées d’Angers, seront également au rendez-vous, parmi lesquelles les « silhouettes de strass » en dialogue avec l’oeuvre de Daniel Tremblay. Le visiteur aura aussi l’opportunité de s’aventurer dans la salle Gumery pour découvrir à la lampe torche un choix d’oeuvres du XIXe siècle, représentatives du goût pour le nu féminin.

L’agence parisienne Mosquito proposera PUPP’ART, une installation numérique utilisant la gestuelle corporelle du visiteur. Conçue spécialement autour de deux oeuvres du musée dont l’ensorcelant « Portrait de Laura Leroux » de Jean-Jacques Henner, le tableau s’animera en temps réel, s’échappant de son cadre pour donner naissance à une interaction saisissante entre image et réalité.

Une dynamique de partenariat entre les institutions culturelles

Mutualisation des ressources, dialogue entre les pratiques culturelles et croisement des publics… cette collaboration musclée entre les structures est l’autre forte singularité de cette soirée. Pour la deuxième édition, Le Chabada, l’Université d’Angers, Premiers Plans, TALM-Angers et les musées d’Angers unissent leurs forces vives au service du public étudiant.

Une alliance féconde, riche de sens

Le Café des Orfèvres sera également de la partie. Saluons également la collaboration de Fanny Retailleau qui a signé l’affiche de l’événement.

Soirée organisée par les musées d’Angers en partenariat avec Le Chabada, l’Université d’Angers, Premiers Plans, l’École supérieure des beaux-arts TALM-Angers.

← Retour site TALM

Les derniers flux