ESBA Angers Expositions The Tyranny of Distance

The Tyranny of Distance

Du 9 au 30 novembre 2018
Vernissage le jeudi 8 novembre à 18 h 30 entre Angers et Los Angeles
Visite des commissaires à 19h30 suivie de la lecture du livre « Introspection à deux voix dans un bar de Sydney, 1981 » écrit par Maxime Boidy et Pierre Paulin et de l’activation de l’œuvre de Sharon Kulik et du Spatial Poem #9 de Mieko Shiomi.
TALM-Angers, salle Thézé, 72, rue Bressigny à Angers
Tin Flats 1989 Blake Ave., Los Angeles, CA 90039.

The Tyranny of Distance

Une proposition d’Art by Translation et FLAX

Avec : A Constructed World, Roland Baladi, Dominique Blais, Mel Bochner, Julie Fortier, David Horvitz, Sharon Kulik, David Lamelas, Emily Mast, Pierre Paulin, Joshua Schwebel, Mieko Shiomi and Art by Translation participants (FLAX residents): Lila Athanasiadou, Jasmin Blasco, Daniel Frota, Jeff Guess, Slow Reading Club.
Commissaires : Maud Jacquin, Anna Milone, Sébastien Pluot

Se déroulant simultanément à Angers et à Los Angeles, deux villes séparées par plus de 9036,04 km, cette exposition explore les différentes contraintes et possibilités imposées par la distance et les nécessaires efforts de traductions induits par cette séparation. Cette distance séparant deux contextes géographiques, culturels, climatiques, historiques et linguistiques engage à faire l’expérience des limites de la traduction et du rapport à l’autre. L’impossibilité d' »être partout à tout moment » ou de « faire un avec l’autre » peut être ressentie comme une épreuve. Vouloir « toucher à distance » génère une croyance en la possibilité d’un « langage de communication » qui, idéalement, ne serait pas limité par le fardeau du corps et les contextes d’énonciation. En effet, les désirs de télépathie, de téléplastie et d’ubiquité se cachent derrière toute invention technologique moderne établissant des connexions à distance (télégraphe, téléphone, phonographe, radio, cinéma, télévision, Internet, Skype, hologrammes…). Toujours plus efficaces, ces outils sont loin d’être idéologiquement neutres et matériellement transparents. Ils nécessitent d’être vécus et analysés à travers une politique de traduction concernant leurs usages et les fantasmes qu’ils matérialisent.

En outre, les processus complexes et incarnés de la traduction impliquent la possibilité même de considérer l’autre, et la réalité de lieux spécifiques, dans leurs singularités. Les parties manquantes, les écarts, les résistances et les insuffisances ayant cours entre les personnes, les lieux ou les langues peuvent être considérés comme des pertes ou, au contraire, comme des espaces d’interrogation pensés et vécus à travers une éthique de la traduction. La pratique incarnée du traducteur (en termes de culture, de langue, de sexe, de  » race  » et de classe) doit également être prise en compte lorsque l’on traite d’un texte/objet  » à distance « . La traduction devient ainsi une métaphore et une éthique de la possibilité même de la différence.

Les artistes invités dans chacun des sites produisent des œuvres qui interrogent ces questions de traduction entre une langue et une autre, un médium et un autre, un lieu et un autre, un corps et un autre. L’exposition mettra l’accent sur les processus et les expérimentations d’une communauté de traducteurs,  » traduisant  » à la fois au sein des deux contextes et entre eux. Les travaux développés à Angers et à Los Angeles impliqueront des actes répétés ou évolutifs de traduction, de complémentarité et de diffusion.

Les œuvres mais aussi les performances qui se déroulent pendant l’exposition génèrent des processus de traduction, jouant avec la différence linguistique, l’absence physique et les intervalles de temps entre les deux espaces.

Évènements
Soirée de performances simultanées le samedi 10 novembre : 21 h–00 h à Angers, 12 h-15 h à Los Angeles.
Performances de Jasmin Blasco, Daniel Frota, David Horvitz et David Lamelas.
Lecture du livre de Maxime Boidy et Pierre Paulin, Introspection à deux voix dans un bar de Sydney, 1981, et activation du Spatial Poem #9 de Mieko Shiomi.

Workshops de Daniel Frota les 7, 8 et 9 novembre et de Slow Reading Club le 20 novembre.
Le workshop de Slow Reading Club sera précédé d’une performance participative dans la soirée du 19 novembre.

FLAX organise une série de projections qui auront lieu dans le parking de Tin Flats, transformé pour l’occasion en drive-in. Chaque semaine, un artiste est invité à présenter l’une de ses vidéos et choisit un film qui l’accompagnera – un long métrage, un documentaire ou une vidéo d’un autre artiste – pour faire écho à son travail. De l’influence à la dissonance, cette double programmation nous permet de poursuivre les discussions entamées dans l’espace d’exposition. Chaque projection sera présentée deux fois, le lundi et le mardi. Les projections du lundi seront accompagnées d’une lecture du livre Introspection à deux voix dans un bar de Sydney, 1981 écrit par Maxime Boidy et Pierre Paulin.

12 et 13 novembre : Simon Ripoll-Hurier, Diana, 2017 (48 min) and Brian de Palma, Blow Out, 1981 (107 min).
26 et 27 novembre : Silvia Kolboswki, After Hiroshima mon amour, 2008 (22 min) and Alain Resnais, Hiroshima mon amour, 1959 (90 min).

Informations pratiques

Ouverture à TALM-Angers : du lundi au vendredi de 14 h à 18 h.
Ouverture à Tin Flats : vendredi, samedi, lundi et mardi de 12 h à 18 h.

L’exposition The Tyranny of Distance a été conçue par Art by Translation et FLAX.

Art by Translation
Art by Translation est un programme de recherche et d’exposition initié par l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy et l’École supérieure d’art et de design TALM-Angers dirigé par les co-fondateurs Maud Jacquin et Sébastien Pluot, avec Jeff Guess comme directeur pédagogique. Ce programme itinérant collabore avec plusieurs institutions académiques et artistiques internationales dont CalArts et le MAK Center for Art and Architecture at the Schindler House pour une exposition co-réalisée par Art by Translation et FLAX de février à mai 2019. Art by Translation a déjà produit plusieurs exposition et colloques dont, The House of Dust by Alison Knowles (James Gallery, CUNY, New York USA ; Fonderie Darling, Montréal Canada ; Cneai, Pantin, France ; La Galerie, Noisy-le-sec, France ; CalArts, Los Angeles, USA) – Reframing the House of Dust, RedCat, Los Angeles, USA – Questionning the Telepathic Impulse, Barnard College, University of Columbia, New York, USA – Translation Performances, Emily Harvey Foundation, New York, USA – Mel Bochner, Singer Notes, Galerie Michèle Didier, Paris, France. Art by Translation est un programme de troisième cycle qui implique 4 artistes et curateurs sélectionnés chaque année. Les participants 2018-2019 sont Lila Athanasiadou, Jasmin Blasco, Daniel Frota et Slow Reading Group (Bryana Fritz et Henry Andersen).
artbytranslation.org

France Los Angeles Exchange (FLAX)
Créée en 2006, France Los Angeles Exchange (FLAX) est une fondation californienne à but non lucratif dont la mission est de renforcer les liens entre la Californie du Sud et de France, à travers les arts. La fondation FLAX engage un dialogue entre les artistes, les curateurs, les critiques et les institutions culturelles des deux pays grâce à une approche mobile et coopérative.
FLAX intervient dans le domaine des arts vivants, de la musique et des arts plastiques.
Grâce à son programme de résidence en arts visuels, FLAX facilite la découverte de la ville et de la scène artistique locale aux artistes, curateurs et critiques invités tout en les accompagnant pour la production de projets en collaboration avec ses partenaires.
www.flaxfoundation.org

← Retour site TALM

Les derniers flux